Gregory Bateson & Jurgen Ruesch
Communication & Société
PRÉC. SOMM SUIV.

P A R T I E   I  –  T A B L E

S O M M A I R E


015

I - Valeurs, communication et culture
Jurgen Ruesch & Gregory Bateson

Aujourd'hui, au milieu du XXe siècle, les spécialistes des sciences humaines et les cliniciens font des efforts pour mieux se comprendre mutuellement. Renoncer à des conceptions dogmatiques et échapper à l'isolement scientifique est à la mode, de nos jours. Les psychiatres se sont aventurés hors des hôpitaux psychiatriques; ils ont trouvé un nouveau terrain d'activité dans les hôpitaux généraux ainsi que dans les pratiques privées. La transformation de l'aliéniste d'antan en thérapeute moderne et le passage de principes statiques à des principes dynamiques ont rendu nécessaire une révision des théories psychiatriques.

Alors que, dans le passé, les théories de la personnalité ne s'occupaient que du seul individu, les psychiatres modernes se sont rendu compte que de telles théories ne présentent guère d'utilité: il est en effet nécessaire d'étudier l'individu dans son contexte social. Notre civilisation technologique a réduit au minimum l'isolement intellectuel des gens, et les moyens de communication et de transport modernes accélèrent la diffusion de l'information à un point tel que, dans un avenir qui n'est pas trop éloigné, on peut s'attendre à ce qu'aucun individu ni aucun groupe social ne puisse échapper longtemps à de telles influences. Dans ce livre, qui présente les aspects les plus généraux de la communication, nous avons essayé de conceptualiser des événements interpersonnels et des événements psychothérapeutiques en considérant l'individu inséré dans une situation sociale. Dans la mesure où nous avons observé attentivement les systèmes de relations sociales plus larges, dont le psychiatre et le patient sont partie intégrante, il nous a fallu élaborer des concepts qui puissent 016 englober à la fois des événements à grande échelle et des faits de nature individuelle. Nous avons intégré cette relation dans une théorie unifiée de la communication qui peut s'appliquer à des événements impliquant une relation entre deux individus, entre un individu et un groupe et même, en fin de compte, à des événements de portée universelle.

Au cours de notre investigation, nous avons dû examiner la position de la psychiatrie parmi les sciences humaines. Nous nous sommes particulièrement intéressés à l'étude des connaissances scientifiques sur les comportements humains, et aux interrelations entre les données obtenues au niveau de l'individu, du groupe et de la société. Nous faisons ici allusion aux difficultés dialectiques qui surgissent quand l'homme de science opère à différents niveaux d'abstraction. Pour faciliter l'étude d'un événement d'abord dans le contexte plus restreint d'un organisme individuel et ensuite dans le cadre d'un système de relations sociales plus étendu, nous avons employé le concept de matrice sociale. Le terme de matrice sociale renvoie donc à un système scientifique plus important dont à la fois le psychiatre et le patient sont partie intégrante. Mais, au moment de l'interaction, le psychiatre et le patient ne se soucient guère de ce système plus vaste. Ils examinent un point particulier et ils délimitent un ensemble spécifique d'événements; leurs préoccupations se bornent au couple médecin/malade et peuvent ne pas affecter dans l'immédiat l'univers plus grand qui est aussi le leur. Cependant le petit système est une partie du système plus large; et les conclusions tirées du petit système peuvent devenir inexactes ou même n'avoir aucune valeur quand on les examine dans le cadre du système global.

Nous avons rapproché ce phénomène du problème plus général de «la partie et du tout» [151]. Le médecin et le psychiatre, dans leur travail, ont très souvent affaire à des relations entre une cellule et le tissu environnant, un organe dans un organisme, un individu au sein de son groupe familial, une famille dans la communauté et, finalement, peut-être, la communauté dans le cadre de la nation et la nation au sein des Nations unies.

Ces divers centres d'intérêt sont habituellement observés et étudiés par des disciplines différentes qui toutes utilisent leurs concepts et leurs langages techniques spécifiques. De telles divisions - 017 utiles à un certain stade - peuvent devenir à un stade ultérieur de graves obstacles.

Pour faire progresser la question, nous proposons donc d'utiliser un seul système pour comprendre les multiples aspects du comportement humain. Aujourd'hui, nous croyons que la communication est le seul modèle scientifique qui nous permette d'expliquer les aspects physiques, intrapersonnels, interpersonnels et culturels des événements en un même système. En employant un système unique, nous éliminons la multiplicité des univers séparés, les vocabulaires diversifiés et les polémiques qui surviennent parce que nous, spécialistes des sciences humaines et cliniciens, ne pouvons pas nous comprendre. C'est pour présenter au lecteur un tel système d'explication et ses applications à la psychiatrie que ce livre a été écrit.

Arrivé à ce point, le lecteur se demandera peut-être quelle relation peut exister entre la communication et les divers thèmes abordés dans ce volume. Nous le prierons de patienter un peu, jusqu'au moment où nous serons en mesure de lui expliquer comment la théorie des valeurs, la pensée psychiatrique et nos observations sur la culture américaine se trouvent intimement liées. Nous espérons montrer que ces traits multiples inclus sous la dénomination de «matrice sociale» représentent les déterminants implicites de nos moyens de communiquer et que la communication assure la liaison entre la psychiatrie et toutes les autres sciences. Il faut rappeler que presque tous les phénomènes réunis sous le terme classique de psychopathologie constituent des troubles de la communication et que ces troubles sont en partie déterminés par la culture au sein de laquelle ils se produisent. Les théories psychiatriques contemporaines ont été importées d'Europe par des Européens, et, dans la mesure où ces théories sont implicitement des théories de la communication, elles doivent subir une modification et changer progressivement quand on les transplante d'un pays à un autre. Nous avons donc consacré ici un temps et un espace considérables à comprendre le système de communication américain et son influence implicite sur les pratiques et la pensée psychiatriques.

A première vue, les problèmes de la communication semblent ne présenter qu'un intérêt secondaire pour qui étudie le comportement individuel. Les gens agissent par eux-mêmes, ils font des choses seuls, et parfois ils manipulent, exploitent, contraignent ou tuent 018 d'autres personnes sans annoncer leur intention. Mais la communication ne concerne pas seulement la transmission verbale, explicite et intentionnelle de messages; dans le sens où nous l'utilisons, le concept de communication devrait comprendre tous les processus par lesquels les gens s'influencent les uns les autres. Le lecteur reconnaîtra que cette définition repose sur la prémisse que toutes les actions et tous les événements possèdent des aspects communicationnels dès qu'ils sont perçus par un être humain; cela implique en outre qu'une telle perception modifie l'information d'un individu et par conséquent exerce une influence sur lui. Dans une situation sociale où plusieurs personnes interagissent, les choses sont encore plus compliquées.

Quand des personnes se réunissent, il se passe quelque chose. Elles éprouvent des sensations et réfléchissent et, aussi bien pendant leur réunion que par la suite, elles agissent et réagissent les unes aux autres. Elles perçoivent elles-mêmes leurs propres actions et d'autres personnes présentes peuvent également observer ce qui se produit. Les impressions sensorielles reçues et les actions entreprises sont enregistrées; elles laissent certaines traces à l'intérieur de l'organisme; et il résulte de ce genre d'expérience que les opinions des gens sur eux-mêmes et les images qu'ils ont les uns des autres peuvent être confirmées, modifiées ou radicalement changées. L'ensemble de ces traces, accumulées au cours des années à travers des millions d'expériences, forme le caractère d'une personne et détermine en partie la manière dont elle maîtrisera les événements futurs. Les impressions reçues de l'environnement, des autres et de soi-même, aussi bien que la rétention des impressions qui seront utilisées ultérieurement par la mémoire, tout cela peut être considéré comme partie intégrante du système de communication d'une personne. Dans la mesure où la façon dont une personne répond aux événements perçus nécessite la transmission de messages aux organes effecteurs périphériques, il convient de considérer le réseau intra-organique comme une partie du réseau interpersonnel plus grand ou même du réseau suprapersonnel (culturel).

Alors, peut demander le lecteur, qu'est-ce qui n'est pas de la communication ? Afin de répondre, il nous faut examiner les questions auxquelles un scientifique cherche à trouver une solution. Quand nous nous intéressons à des entités connexes, nous avons affaire à des problèmes de communications; quand ces 019 entités sont considérées isolément les unes des autres, les problèmes de communication n'entrent pas en ligne de compte. S'intéresser à la communication signifie par conséquent adopter une position scientifique déterminée et centrer son observation et ses intérêts sur les relations humaines.

La recherche scientifique sur la communication est cependant rendue plus ardue car nous devons communiquer pour étudier la communication. Attendu que, à aucun moment, nous ne pouvons figer notre position en tant qu'observateurs, nous ne sommes jamais tout à fait sûrs des éléments que nous prétendons observer. Nous ne pouvons jamais nous abstenir de communiquer et, comme nous sommes des êtres humains qui appartiennent à une société, nous sommes biologiquement obligés de communiquer. Nos organes sensoriels sont constamment sur le qui-vive et enregistrent les signaux reçus et, puisque nos organes effecteurs ne se reposent jamais, en même temps nous transmettons continuellement des messages au monde extérieur. Notre besoin biologique de recevoir et de transmettre des messages constitue donc, d'une certaine façon, un handicap pour l'examen des méthodes scientifiques de communication. Pour surmonter cette difficulté, nous devons émettre une hypothèse à propos de la structure des signes et des signaux à l'intérieur de notre propre organisme. Ce résultat final de la perception et de la transmission, nous l'appellerons «information».

L'acquisition et la conservation d'information sont essentielles dans tout système de communication. Afin de garder certaines traces de messages reçus et émis et de les évaluer, l'organisme humain est équipé pour détecter des caractères communs à des événements apparemment divers. Les éléments ou les modèles communs à diverses situations sont nécessairement abstraits, et ce sont ces relations abstraites que retient l'organisme. Cependant, si l'on veut continuer à procéder à des abstractions, l'organisme doit être exposé à un nombre suffisant d'événements qui contiennent les mêmes facteurs. Alors seulement une personne est équipée pour faire face aux circonstances les plus fréquentes qu'elle peut rencontrer. Si quelqu'un peut prédire des événements et s'il possède la capacité d'affronter certaines situations, on dit qu'il dispose de l'information adéquate. Pour autant que nous sachions, on appelle information une combinaison d'impulsions nerveuses et de connexions - combinaison de relations qui proviennent 020 systématiquement des relations entre les événements originels qui se trouvent à l'extérieur de l'organisme.

Dans la sphère sociale, l'individu acquiert de l'information sur les relations en participant de façon continue et régulière à des événements sociaux. Cela commence par l'expérience de l'enfant avec sa mère, cela se poursuit avec les membres de sa famille, et plus tard avec les enfants de son âge à l'école et sur les terrains de jeux. L'adolescent apprend des adultes et de ses compagnons d'âge à suivre des règles et à maîtriser les obstacles qu'il rencontre. Le caractère répétitif des événements sociaux enseigne aux gens à réagir d'une façon stéréotypée, et le comportement stéréotypé crée naturellement des environnements stéréotypés. C'est pourquoi, quand nous parlons d'une matrice sociale dans laquelle s'insèrent les événements interpersonnels, nous faisons référence aux bombardements répétitifs et réguliers de stimuli auxquels les êtres humains sont exposés. Les stimuli proviennent d'un côté du comportement social de nos interlocuteurs, de l'autre des objets, des plantes et des animaux dont nous nous entourons. Graduellement les stimuli perçus et les réponses choisies prennent forme: le stimulus façonne la réponse et, une fois la réponse apprise, l'individu est conditionné à rechercher les stimuli qui déclencheront ses réponses apprises. Tout ce processus peut se comparer au lit qu'une rivière creuse à la surface de la terre. Le chenal est formé par l'eau mais les rives du fleuve contrôlent également la direction du courant, de sorte qu'il s'établit un système d'interaction où la cause et l'effet ne peuvent plus être isolés. Le stimulus et la réponse se soudent en une unité. Cette unité, c'est ce que nous appelons une «valeur».

Par conséquent, les valeurs sont pour ainsi dire des voies préférentielles de communication ou de connexité. L'information sur les valeurs adoptées par les gens nous permet d'interpréter leurs messages et d'influencer leur comportement. Les valeurs non seulement caractérisent un individu mais encore des groupes et des cultures entières. Le lecteur reconnaîtra que, lorsqu'il s'agit d'interpréter des messages, on ne peut différencier nettement théorie de la communication, théorie des valeurs et connaissance anthropologique de la culture. Cette combinaison d'orientations constitue le milieu où nous fonctionnons tous; c'est ce que nous appelons la «matrice sociale».

En tant qu'individus, nous ne sommes généralement pas tout à fait conscients de 021 l'existence de cette matrice sociale. Etant incapables de saisir complètement les conséquences de nos propres actes sur les autres, et vu notre perspective humaine limitée, nous n'arrivons pas à comprendre l'ampleur et la nature des événements. Quand nous nous querellons avec un membre de notre famille ou lorsque nous essayons d'expliquer les raisons de l'augmentation du prix du beurre, nous avons tendance à aborder ces incidents comme s'ils étaient uniques; nous ne nous rendons pas compte que des milliers d'autres personnes vivent peut-être une expérience semblable et nous blâmons nos proches ou bien nous maudissons l'épicier. De fait, notre conduite dans une telle situation représente déjà et une réponse à des réactions d'autres personnes et un stimulus pour leur comportement. Nos soucis personnels et interpersonnels, nos centres d'intérêt immédiats et quotidiens nous empêchent d'apprécier pleinement les événements sous tous leurs aspects. C'est pourquoi nous nous sommes efforcés ici d'illustrer certaines des relations entre l'individu, le groupe et la culture.

Alors que la plupart des gens se contentent d'avoir quelques connaissances pratiques à ce sujet, le psychiatre en plus doit connaître en détail et à fond ces relations s'il désire aider ses patients. La relation entre les systèmes suprapersonnels, d'un côté, et les systèmes interpersonnels et individuels, de l'autre, n'est pas simplement une fantaisie dialectique du scientifique. Elle s'articule sur les besoins quotidiens de l'individu dont la vie et la santé mentale requièrent qu'il puisse communiquer aisément avec les autres êtres humains. Le psychiatre s'efforce de faciliter cette tâche.

Maintenant que nous avons présenté au lecteur l'objet de notre travail, nous pouvons peut-être dire quelques mots de nos méthodes d'étude de la matrice sociale. Que l'homme de science étudie des phénomènes psychiatriques, sociaux ou culturels, il convient de rappeler qu'il devra, tôt ou tard, prendre en considération l'individu. Seules les données obtenues par des individus diffèrent. En poursuivant cette étude, il nous a donc paru pertinent et nécessaire de garder clairement à l'esprit que nous avons eu affaire à des types de données très divers. Cela est particulièrement vrai des différences entre ce que l'on observe quand on participe à une situation et ce qui se révèle à l'occasion d'opérations expérimentales; de même, il faut opérer une distinction 022 entre l'observation du comportement dans l'action et les rapports introspectifs. Lorsqu'on étudie une culture ou une subculture en tant que système de communication intégré, il faut absolument prendre en considération dans le plan des opérations scientifiques les faits suivants:

  1. Les membres de la population étudiée élaborent des généralisations sur leur propre culture.
  2. Le chercheur observe l'interaction et la communication entre les membres de la population en tant qu'observateur neutre.
  3. Chaque membre de la population a de ses rôles personnels une conception propre et il peut, dans une certaine mesure, les signaler à l'observateur.
  4. Enfin, la compréhension de l'enquêteur provient pour une bonne part de sa propre interaction avec certains membres de la population.

Chacun de ces facteurs détermine une façon particulière de recueillir des données et nous devons insister sur le fait que les données recueillies suivant chacun de ces procédés ne sont pas les mêmes; elles diffèrent par leur degré d'abstraction ou bien par les distorsions qu'elles introduisent. En général, on peut dire que ces quatre types de données se corrigent mutuellement et que trop de spécialisation dans l'une quelconque de ces quatre catégories mène à un tableau déformé. Nous devons mentionner maintenant les distorsions qui résultent d'une spécialisation excessive dans chaque façon de recueillir des données.

Si le chercheur porte une attention exagérée à ce que les gens disent sur leur propre culture, il obtiendra une image idéalisée ou stéréotypée de cette culture: il recueillera un ensemble de généralisations sur la société qui ignoreront le comportement effectif des personnes réelles. Son tableau sera tributaire de la culture qu'il étudie parce qu'il collectera des stéréotypes eux-mêmes culturellement déterminés; mais ce sera une description faussée. En outre, si le chercheur a une orientation sociologique, il se peut qu'il simplifie à l'excès, faute que commettent les rédacteurs des statuts des grandes organisations, qui oublient le côté humain des individus et ne voient que la définition de leurs fonctions.

De même, si le chercheur se borne à observer de façon neutre l'interaction entre les membres d'une population, il risque de brosser un tableau des coutumes et des types de caractères dont 023 seront absentes l'individualité humaine et les motivations particulières. Comme de nombreux anthropologues, il se pourrait, par exemple, qu'il en vienne à étudier les comportements individuels uniquement en vue d'utiliser ses observations sur les réactions des gens pour mettre en relief l'imprégnation culturelle de leurs attitudes.

Si, d'autre part, le chercheur ne fait que rassembler des récits personnels introspectifs, il aboutira aux distorsions caractéristiques du thérapeute trop spécialisé: il percevra les individus comme des entités isolées sans relation les unes avec les autres ni avec lui-même. Il se limitera à examiner la structure de leur personnalité et leur dynamique interne, sans voir la structure et la dynamique de la société globale.

Finalement, le scientifique qui se concentre trop sur les expériences de participation interpersonnelle percevra des tendances et des interactions individuelles, mais il sera enclin à ignorer les phénomènes plus statiques des conventions, de l'organisation sociale ainsi que d'autres déterminants sociaux.

Sa description présentera les mêmes défauts professionnels que celle d'un psychiatre qui observe la dynamique originale et le flux des réponses d'un individu à son égard, mais néglige ce qui, dans la vie de cet individu, est socialement déterminé.

Soulignons également que les différences systématiques et les partis pris du chercheur - qui surviennent quand il aborde dans une perspective particulière le système qu'il est en train d'étudier ou quand il adopte une méthode particulière pour rassembler les données - fournissent des indications sur son système de valeurs. La nature ou l'orientation de son savoir sont déterminées par ses méthodes pour obtenir ce savoir et par sa conception de la connaissance. Si nous décrivons le caractère sélectif de sa conscience - sa façon de structurer la perception -, c'est en fait un système de valeurs que nous serons en train de décrire.

Quelles que soient nos réflexions sur les systèmes de valeurs des psychiatres, des patients ou sur la culture américaine, nous sommes pleinement conscients qu'elles seront imprégnées par nos propres valeurs personnelles. D'autre part, nous savons parfaitement qu'aucun observateur scientifique ne peut éviter d'être influencé par sa manière subjective de percevoir. De même que tout chercheur fait partie intégrante du système de communication auquel il participe lui-même ainsi que celui qu'il observe 024 qu'il soit un être humain, un animal ou un objet. Pour la présente recherche, nous avons voulu limiter les risques de déformations en choisissant divers types de données et en écrivant ce livre à deux; chacun de nous a participé à l'évaluation des données à partir d'une formation et d'un point de vue différents. En confrontant à la fois divers types de données et des observateurs de formation différente nous avons cherché à minimiser les distorsions mentionnées ci-dessus.

Les faits, les explications et les concepts présentés dans ce volume reposent sur les travaux suivants des auteurs:

  1. Nous nous sommes entretenus avec des psychiatres[1] au cours de réunions informelles à leur domicile, dans leur cabinet, à nos bureaux ou bien là où l'occasion se présentait. Pendant ce type d'entretien, l'investigation a été centrée sur l'interaction avec les psychiatres pour obtenir une meilleure vision d'ensemble des approches interpersonnelles de l'informateur.
  2. En plus de ces innombrables entretiens informels, environ une trentaine de réunions d'une ou deux heures avec une trentaine de psychiatres différents ont été enregistrées sur bande avec l'accord des participants. Ces entretiens n'ont pas été conçus suivant des questionnaires: les psychiatres n'ont pas non plus été soumis à des questions détaillées comme c'est le cas dans des enquêtes linguistiques ou généalogiques.
    Nous avons parfois adopté la démarche de l'anthropologue qui donne à son informateur la liberté de suivre le cours de sa propre pensée, guidé seulement exceptionnellement par des questions et des suggestions de thèmes; quelquefois aussi, l'interviewer a exprimé honnêtement ses propres opinions, provoquant controverses et discussions. La suggestion ouverte d'un thème visait à centrer la conversation sur l'intérêt thérapeutique du psychiatre et l'amenait finalement à s'exprimer d'une façon personnelle et à révéler plus clairement le système de valeurs orientant ses actions thérapeutiques. 025
  3. Nous avons assisté à des réunions de psychiatres au cours desquelles des questions théoriques étaient discutées ou bien des cas présentés; et nous avons étudié les relations entre les psychiatres eux-mêmes et la façon dont ils parlent de certaines théories ou de leurs patients.
  4. Nous nous sommes soumis comme patients à une thérapie individuelle et nous avons fait l'expérience du psychiatre dans sa fonction de thérapeute.
  5. Nous avons examiné les textes importants de la psychiatrie américaine et leurs présupposés. Nous nous sommes limités aux publications contemporaines des plus éminents psychiatres, psychanalystes et psychothérapeutes de chaque école de pensée. Nous ne nous sommes pas particulièrement attardés sur les sources européennes parce qu'elles ne reflètent pas la pensée américaine sur le sujet.
  6. Nous avons étudié les stéréotypes populaires concernant la psychiatrie tels qu'ils apparaissent dans les dessins humoristiques et dans les anecdotes aussi bien que les réactions officielles et privées du public face à la psychiatrie.
  7. Nous avons enregistré des centaines d'heures de séances de thérapie. Nous avons régulièrement suivi plusieurs relations entre thérapeutes et patients et beaucoup d'autres ont été étudiées de façon épisodique.
    Nous avons ensuite analysé ces entretiens enregistrés pour y trouver des informations pertinentes sur les systèmes de valeurs à la fois des thérapeutes et des patients. L'étude des modifications des valeurs par la thérapie et au cours de celle-ci a fait l'objet d'une attention spéciale [135; 136; 142; 146; 148; 150].
  8. Nous avons étudié le milieu culturel américain où opère le psychiatre [139; 140; 143]. Pour dégager les prémisses des valeurs de la culture américaine nous avons fait appel aux sources qui figurent dans la bibliographie, à nos propres contacts et à notre interaction avec des Américains durant des années ainsi qu'à l'analyse des systèmes et des méthodes de communication dans la presse, le cinéma, la radio, la publicité, les tribunaux, 026 les hôpitaux et autres institutions. En bref, nos impressions tirées de notre vie aux Etats-Unis ont été recueillies et contrôlées au cours de discussions entre nous et grâce à des observations quotidiennes au fur et à mesure que notre étude progressait.

La psychiatrie et l'anthropologie se trouvent encore au stade des sciences descriptives; et, du fait que les prémisses théoriques y sont implicites, ces sciences ont du mal à établir un corpus cohérent d'hypothèses clairement formulées. Le présent livre tente d'exposer et d'illustrer longuement les prémisses qui sous-tendent les diverses approches des sciences humaines. Nous nous sommes centrés sur la psychiatrie parce que le psychiatre, dans sa pratique quotidienne, est concerné par les troubles de la communication; le psychiatre et l'ingénieur en communication semblent être les scientifiques les plus conscients des lois de la communication. La communication est la matrice dans laquelle se moulent toutes les activités humaines - tel est l'essentiel de notre message au lecteur. En pratique, la communication établit un lien entre un objet et une personne et entre une personne et une autre; scientifiquement parlant, c'est en termes de systèmes de communication que cette interconnexité se comprend le mieux. Pour rassembler les informations utiles à la communication, nous avons dû combiner les approches les plus diverses. Le lecteur rencontrera dans ce livre un certain nombre de chapitres qui ont été qualifiés successivement d'approches interdisciplinaire, psychiatrique, psychologique, intégrative, anthropologique, philosophique et épistémologique. En intitulant ainsi ces chapitres, nous avons essayé, d'une part, de définir la position et les points de vue des observateurs et, d'autre part, de montrer que, en dépit des différences d'orientation, ces observateurs ont recours à un système de communication commun. En outre, les chapitres ont été disposés de telle façon qu'ils partent d'observations de base, très concrètes, et progressent jusqu'à des formulations plus abstraites et plus théoriques. La diversité des thèmes, les différentes approches et la multiplicité des niveaux d'abstraction nous ont paru embrasser le domaine de la communication humaine plus concrètement que cela n'eût été possible grâce à une seule approche. Une synthèse a donc été réalisée, d'une part à partir de concepts psychologiques, psychiatriques et anthropologiques, d'autre part 027 avec des théories provenant de la cybernétique et des techniques de la communication.

Le présent volume traite de questions théoriques. Les notions d'information, de communication, de préférence et de valeurs sont notoirement obscures et les phénomènes associés à ces notions sont extrêmement difficiles à disséquer. Notre ouvrage se livre justement à une dissection de ce genre. C'est une étude descriptive, non pas une étude expérimentale, et cela a de curieuses implications.

Un exposé expérimental idéal présente une hypothèse, décrit l'issue d'une expérience cruciale et, à la fin, la contribution apportée à la connaissance théorique apparaît clairement: l'hypothèse est renforcée, modifiée ou rejetée. Pour une étude descriptive, les choses ne sont pas aussi simples parce que les prémisses théoriques du savant déterminent ses techniques de description; elles ont elles-mêmes été déterminées en partie par son expérience des phénomènes qu'il décrit. A la fin d'un tel travail, il peut sembler clair que certains faits nouveaux ont enrichi la connaissance, mais la contribution apportée à un niveau plus théorique n'est généralement guère évidente.

Bien que chacun des deux auteurs soit personnellement responsable des chapitres qu'il a rédigés, l'esprit et la forme de ce livre résultent d'un travail d'équipe, interdisciplinaire, entre un psychiatre et un anthropologue. Des données relatives à l'unicité spécifique de l'individu sont, par conséquent, associées à des données concernant des caractéristiques plus abstraites que partagent les êtres humains.

Nous invitons le lecteur à se demander si la communication est, oui ou non, le dénominateur commun qui jette un pont entre les différents domaines des sciences humaines. Si sa réponse est affirmative, un premier pas aura été fait pour établir une théorie plus unifiée du comportement humain.

PRÉMISSES FONDAMENTALES

Pour faciliter la compréhension de notre point de vue et pour fixer le point de départ de nos considérations, qui sont parfois 028 assez théoriques, nous avons explicité en quelques phrases nos prémisses de base. Elles pourront servir de balisage à ce que nous allons illustrer, développer et étudier plus avant dans les chapitres suivants de notre livre.

Délimitation du champ. L'unité considérée est la situation sociale.

Situation sociale. Une situation sociale s'établit quand des personnes entrent en communication interpersonnelle.

Communication interpersonnelle. Un événement interpersonnel se caractérise par:

  1. l'existence d'actes expressifs d'une ou de plusieurs personnes;
  2. la perception consciente ou inconsciente de tels actes expressifs par d'autres personnes;
  3. l'observation en retour que ces actions expressives ont été perçues par d'autres; percevoir que l'on a été perçu influence profondément et change le comportement humain.

Communication intrapersonnelle. L'étude des événements intra-personnels devient un cas particulier de la communication interpersonnelle. Une entité imaginaire, constituée de traces condensées d'expériences passées, représente à l'intérieur d'un individu la personne qui manque à l'extérieur. Cependant, il existe une différence capitale entre la communication intrapersonnelle et la communication interpersonnelle en ce qui concerne le traitement des erreurs. Dans la situation interpersonnelle, on peut évaluer et, si nécessaire, corriger l'effet des actions intentionnelles ou expressives. Dans la communication intrapersonnelle ou fantasmatique, percevoir que l'on interprète mal ses propres messages est extrêmement difficile, sinon impossible, et la correction ne se produit jamais ou rarement.

Communication de masse. Un événement social peut être rapporté par les moyens de communication de masse: radio, télévision, cinéma et presse. Quand il est exposé à des systèmes de communication, un individu peut sentir, d'une part, qu'il participe à un système suprapersonnel de grande ampleur et, d'autre part, qu'il est incapable de décrire clairement le système. Cette contradiction 029 provient du fait que, dans les communications de masse, les récepteurs et les émetteurs de messages sont si nombreux qu'ils demeurent en général anonymes. Dans de telles conditions, l'individu n'est donc pas capable d'observer l'effet de ses propres messages sur les autres; il ne peut pas non plus communiquer ses réactions personnelles face à un message émanant de comités, d'organisations ou d'institutions. Cause et effet deviennent indiscernables. La correction et l'autocorrection des messages sont différées dans le temps et déplacées dans l'espace: si la correction finit par se produire, elle n'est souvent plus opportune.

Appareil de communication. L'appareil de communication humain doit être considéré comme une entité fonctionnelle, sans localisation anatomique. Que le lecteur veuille bien se rappeler qu'il existe plusieurs ensembles d'expressions parallèles qui désignent les phénomènes de la communication. Alors que le centre de communication de l'ingénieur correspond au concept de psyché pour le «mentaliste», l'organiciste, lui, parle du système nerveux central. L'un des changements les plus importants qui pourrait résulter des échanges théoriques entre les ingénieurs et les psychiatres devrait être une précision accrue dans l'emploi des formulations qui concernent le psychisme. Les ingénieurs et les physiologistes n'ont pas encore réussi à nous fournir une base organique sur laquelle on puisse édifier des théories psychiques, mais ils nous ont déjà donné certaines notions générales sur les caractéristiques des réseaux et des relais. Ces notions générales doivent nous aider à limiter l'imprécision des abstractions que nous utilisons en parlant du psychisme. Selon nous, l'appareil de communication de l'homme se compose de:

  1. ses organes sensoriels, les récepteurs;
  2. ses organes effecteurs, les émetteurs;
  3. son centre de communication, lieu d'origine et de destination;
  4. le reste des parties du corps, qui abrite entre autres les mécanismes de communication.

Limitations de la communication. Les communications de ' homme sont déterminées par la capacité de son réseau intra-Personnel, par la sélectivité de ses récepteurs et par le fonctionnement de ses organes effecteurs. Le nombre de signaux qui entrent et qui sortent, aussi bien que le nombre des signaux qui 030 peuvent être transmis à l'intérieur de l'organisme, est limité. Au-delà d'un certain maximum, toute augmentation du nombre des messages qui transitent conduit à un embouteillage du réseau et ainsi à une diminution du nombre de messages qui arrivent convenablement à la bonne destination. C'est ce type de rupture du système de communication que le psychiatre appelle angoisse. On ignore si la réduction du nombre de messages entrant et du nombre de messages en transit au-dessous d'un certain minimum peut conduire à un «phénomène de carence». Des informations recueillies en observant des jeunes enfants semblent indiquer qu'un retard mental se produit en cas d'insuffisance d'interaction avec les autres. Il existe également une limitation moins claire à la communication: elle provient de la difficulté de traiter des prémisses fondamentales et du codage d'un système de signaux au moyen de ces mêmes signaux. Cette difficulté revêt une importance particulière dans la situation psychiatrique où le patient et le thérapeute doivent parvenir à communiquer sur la compréhension de leurs propres propos. La même difficulté surgit également dans toutes les tentatives de communication entre des personnes de cultures différentes.

Fonction de la communication. L'homme se sert de son système de communication:

  1. pour recevoir et transmettre des messages et pour stocker de l'information;
  2. pour exécuter des opérations sur l'information à sa disposition afin de tirer de nouvelles conclusions qui n'avaient pas été directement perçues; ainsi que pour reconstituer des événements passés et pour anticiper des événements futurs;
  3. pour amorcer et modifier des processus physiologiques à l'intérieur de son corps;
  4. pour influencer et diriger d'autres personnes et des événements extérieurs.

Effet de la communication. La communication facilite la spécialisation, la différenciation et la maturation de l'individu. Au cours du processus de maturation, l'enfant qui dépendait des autres pour la protection, puis pour les actions correctives, va progressivement entrer, grâce à la communication, dans l'interdépendance 031 avec ses congénères. Au lieu de se laisser prendre en charge par ses aînés, l'adulte cherche auprès de ses semblables des informations sur les façons de résoudre au mieux ses problèmes. L'échange se substitue à la protection et l'activité autonome remplace les actions des autres.

Interférence et communication. Si un comportement orienté vers un but est contrarié, cela suscite une réaction d'alarme. Si l'on peut réussir à se débarrasser de l'obstacle ou à l'éviter complètement, la réaction d'alarme s'estompera. Cependant, fréquemment, la source d'interférence ne peut être évitée ou éliminée. Dans ce cas, partager l'angoisse avec des individus qui ne sont ni anxieux ni menaçants, par le truchement de la communication, constitue un moyen efficace d'amoindrir l'impact de l'interférence.

Ajustement. Une communication fructueuse avec soi-même et avec les autres implique l'autocorrection et les corrections d'au-trui. Au cours de ce processus continu, des informations actualisées sur soi, sur le monde et sur la relation entre soi et le monde conduisent à acquérir des techniques appropriées et augmentent finalement les chances qu'a l'individu de maîtriser sa vie. La réussite de la communication devient donc synonyme d'adaptation et de vie.

Perturbations de la communication. Certaines anomalies de comportement sont décrites en termes de troubles de la communication. Dans le passé, ces troubles étaient du domaine de la psychopathologie. Il est utile de rappeler que le terme «organique» fait référence à un dérèglement des mécanismes internes de la communication; qu'«intrapersonnel» s'applique à un réseau limité à un individu et qu'«interpersonnel» évoque un réseau composé de plusieurs individus. Une description exhaustive des perturbations de la communication comporte par conséquent:

  1. à un niveau technique, des indications sur l'appareil de communication, les dimensions du réseau et les implications fonctionnelles aussi bien que les aspects physiques de la transmission et de la réception;
  2. à un niveau sémantique, des indications sur la précision avec laquelle une série de symboles transmettent la signification 032 que l'on souhaite donner à un message, y compris les distorsions sémantiques;
  3. à un niveau d'interaction, des indications sur l'efficacité de la transmission de l'information quand on essaie d'obtenir une orientation du comportement d'autrui.

Thérapie psychiatrique. La thérapie psychiatrique vise à améliorer le système de communication du patient. Le neurophysiologiste, le neurologue et le neurochirurgien s'efforcent de perfectionner l'appareil interne de communication de l'intéressé à un niveau technique, tandis que le psychothérapeute cherche à restaurer un système de communication interpersonnel défectueux à un niveau sémantique ou interactionnel. On y parvient soit en réduisant le nombre des messages entrant et en prévenant l'embouteillage; soit en augmentant le nombre de messages en transit et en évitant l'isolement et la «carence». Une fois que la communication du patient avec lui-même et avec les autres s'est améliorée, la correction et l'autocorrection de l'information apportent un changement dans la conduite du patient.

Nature de la psychothérapie. Quelle que soit l'école de pensée à laquelle on appartient, ou les termes techniques dont on se sert, les interventions du thérapeute ont toujours lieu dans un contexte social. Implicitement, tous les thérapeutes utilisent donc la communication comme méthode pour influencer le patient. Les différences entre le thérapeute et le patient sont des différences entre leurs systèmes de valeurs, qui peuvent être rapportées à des différences dans le codage ou dans l'évaluation des événements perçus.

Le système de valeurs du psychiatre. Pour comprendre les différences entre le système de communication du patient et celui des membres de son groupe, le psychiatre doit disposer d'information sur ces deux systèmes. Si son propre système de communication était analogue à celui du patient, le psychiatre serait incapable d'aider son patient. Si le système de communication du psychiatre est identique à celui de l'entourage du patient, il remarquera que le patient est différent, mais il ne sera pas non plus en mesure de l'aider. C'est pourquoi le psychiatre doit intégrer des valeurs sensiblement 033 différentes de celles du patient mais aussi de celles du noyau du groupe.

Le psychiatre et le changement culturel. Les différences entre le système de valeurs du psychiatre et celui du noyau groupai oroviennent d'expériences vécues spécifiques.

Pour l'essentiel, elles sont liées aux expériences de contacts culturels et à la rencontre fréquente de systèmes de valeurs divergents au cours des années de formation. Ces circonstances affinent la perception sociale du futur psychiatre et lui font prendre conscience que les valeurs sont différentes d'un groupe à l'autre. Il est forcé de réinterpréter sa position personnelle chaque fois qu'il rencontre un nouveau groupe et il développe les moyens nécessaires pour percevoir et évaluer les divers systèmes de communication des autres. Ces expériences fondamentales sont nécessaires dans la vie d'un homme qui désire être un thérapeute efficace. La formation ne fournit qu'une méthode de classement de ces expériences fondamentales de la vie.

Distorsion de la communication et statut marginal du patient. Les valeurs qui distinguent les patients des autres personnes et du thérapeute proviennent des situations sociales particulières dans lesquelles ces patients ont été élevés. Incapables d'assimiler des influences contradictoires à l'intérieur même du milieu familial ou entre ce milieu et l'environnement, ces patients n'ont jamais élaboré de moyens de communication satisfaisants. Ils se trouvent dans une situation marginale, par rapport aux gens qui constituent le noyau du groupe dans lequel ils vivent.

Hygiène mentale. Le psychiatre cherche à aider le patient à acquérir un système de communication semblable à celui du noyau groupal; et, tel un interprète, il tente d'apprendre au noyau groupal à se familiariser avec les particularités de l'homme marginal. Le Mouvement d'hygiène mentale et d'autres initiatives ont pour but de prévenir le développement de troubles de la communication qui, à leur tour, sont directement ou indirectement responsables de troubles du comportement.




[1] La présente étude faisait partie d'une recherche sur la communication non verbale en psychothérapie, recherche financée partiellement grâce à une bourse de recherche de la Division de l'hygiène mentale du Service de la santé publique des Etats-Unis. Cette bourse nous a en particulier permis d'effectuer le travail mentionné aux points 1, 2 et 7.