Chroniques de Normand Baillargeon
Dans “AO! Espace de la parole” Autres chroniques Murray Dobbin, Ten Tax Myths
1) Trois séries
* Novembre-décembre 1999: Autour de Seattle
♦ I - 8 novembre
♦ II - 22 novembre
♦ III - 6 décembre
* Avril-mai 2000: Le QL, Masse et l'anarchisme
♦ I - 16 avril
♦ II - 30 avril
♦ III - 14 mai
* Mars-juin 2002: Le petit cours d'auto-défense intellectuelle
♦ 1ière partie
♦ 2ième partie
♦ 3ième partie
♦ 4ième partie
♦ 5ième partie

2) Chroniques 1999
11 octobre: L'impôt: le monstre
25 octobre: Timor Oriental
20 décembre: L'anarcho-syndicalisme

2) Chroniques 2000
24 janvier: La presse alternative au Québec
7 février: Éducation et démocratie
22 février: Économie participative
6 mars: Pinochet
20 mars: Jacques Prévert
Avril: Trahir
Mai: Kosovo, un an plus tard
Septembre: Impôts, le retour
Octobre: Marche des femmes
Novembre: Les orphelins de Duplessis
Décembre: Le tord boyau

2) Chroniques 2001
Janvier: Internet et les NTIC
Mars: La boîte à crétiniser
Février: Longue vie au CMAQ
Septembre: Terrorisme
Octobre: Charlatanisme académique
Novembre: Thanatocratie

2) Chroniques 2002
Janvier: L'action, soeur du rêve
Juillet: Science citoyenne
Septembre: Un an après

16 avril 2000
«Une polémique»
Réponse à Martin Masse (1)
[...] l'éditorial du dernier numéro du Québécois Libre est consacré à l'anarchisme et, entre autres, à l'exposé que j'en ai proposé dans un récent ouvrage intitulé justement Anarchisme. Martin Masse, l'auteur de cet article m'a, et je l'en remercie, offert un droit de réplique dans sa publication mais, finalement, je vais plutôt l'utiliser ici: je pense en effet que ce débat devrait intéresser les lecteurs d'Espaces de la parole
[Deuxième partie] – [Troisième partie]

Connaissez-vous les libertariens? Pas les libertaires, ni les libertins, ne confondons pas. Les libertariens.

Disons en première approximation - mais j'en dirai plus long plus bas - qu'il s'agit d'une école de pensée économique, politique et philosophique contemporaine selon laquelle une société sans État (ou alors avec un État vraiment minimal...) est possible (et souhaitable) à condition qu'une telle société soit fondée sur l'extension du mécanisme du marché libre et non entravé à toutes les activités humaines. Dans une telle société, les individus sont égaux devant la loi et libres de conclure des contrats qui les rémunèrent selon le marché.
Les anarchistes souhaitent eux aussi la disparition de l'État; ils ont également prôné la liberté, l'égalité et, pour certains d'entre eux du moins, ils ont misé sur des contrats librement consentis entre individus pour coordonner certaines activités humaines. Superficiellement, on pourrait penser que tout cela se ressemble au point de se confondre et la confusion entre les idées des libertariens et celles des anarchistes - on dit aussi: des libertaires - est dès lors facile pour qui n'est pas au courant des différences cruciales qui existent entre les deux écoles, derrière cette similitude de vocabulaire. Disons, là encore en première approximation et avec toutes les nuances qu'on doit apporter en usant de ces termes, que les libertaires - les anarchistes - sont radicalement de gauche tandis que les libertariens sont typiquement de droite.
Les libertariens québécois ont leur publication, qui paraît sur internet : elle s'appelle Le Québécois libre. Leurs idées y sont exposées et défendues, parfois avec conviction et avec une argumentation serrée, souvent avec clarté. J'ai plus d'une fois recommandé qu'on les lise : je suis en effet convaincu qu'il faut se frotter à leur argumentaire qui, en certaines de ses composantes, joue aujourd'hui un rôle réel dans la définition des politiques qui définissent les institutions dans lesquelles nous vivons.

Cette longue entrée en matière pour vous informer que l'éditorial du dernier numéro du Québécois libre est consacré à l'anarchisme et, entre autres, à l'exposé que j'en ai proposé dans un récent ouvrage intitulé justement Anarchisme. Martin Masse, l'auteur de cet article m'a, et je l'en remercie, offert un droit de réplique dans sa publication mais, finalement, je vais plutôt l'utiliser ici: je pense en effet que ce débat devrait intéresser les lecteurs d'Espaces de la parole. Ma réponse se fera en deux temps. C'est beaucoup, direz-vous peut-être. Mais je pense qu'il faut pouvoir répondre de manière argumentée à ces gens; et je pense aussi qu'il y a un grand intérêt pédagogique à comprendre ce qu'ils avancent et surtout les raisons qui expliquent que les anarchistes s'y opposent avec tant de force.

Dans ma réponse je vais, la prochaine fois, citer abondamment l' article de M. Masse pour assurer que je réponds bien à des arguments et à des idées effectivement avancées par l'auteur. Mais j'invite instamment mon lecteur, ma lectrice, à lire directement cet éditorial et à constater par lui-même en quoi consiste cette volée de bois verts à laquelle je réplique ici. (cliquer ici pour lire l'éditorial de Martin Masse)

Réponse en deux temps, donc. Cette semaine, je vais m'efforcer de présenter les idées de libertariens et expliquer pourquoi je pense qu'il faut s'y opposer - et en tout cas pourquoi les anarchistes s'y opposent aussi radicalement.

La prochaine fois, je répondrai en détail à la partie de l' argumentaire de M. Masse qui concerne plus spécifiquement mon livre et les idées de l'anarchisme.

***

Qui sont donc les libertariens et que proposent-ils?

Les libertariens appartiennent à une famille idéologique qui comprend aussi des gens qui ont le culot de s'appeler anarcho-capitalistes. Cette famille idéologique se réclame du libéralisme économique et du libéralisme politique. En économie, ils puisent surtout à l'interprétation donnée du marché par les économistes de l'École Autrichienne. Selon Ludwig Von Mises et Friedrich Hayek, le marché, pur et non entravé par des interventions étatiques, est une "catallaxie", un mode abstrait de gestion d'informations qui produit une ordre spontané optimal qu'aucune organisation ou planification ne saurait espérer atteindre. Dans sa forme abstraite, il présuppose la liberté reconnue à tous, des droits également reconnus à tous et réalise donc la justice en même temps que la liberté. Mais à propos de ces dernières idées, il faut maintenant rappeler ce que les libertariens doivent au libéralisme politique. Au fond et en un mot, une position dite "jusnaturaliste" par quoi on désigne une conception des droits développée à partir de John Locke. Pour aller rapidement à l'essentiel, libertariens et (mutatis mutandis) anarcho-capitalistes défendent l'idée que les individus ont un droit naturel (d'où l'expression "jusnaturalisme") sur leur personne, les produits de leur travail ainsi que les ressources naturelles par eux découvertes et, ou transformées. Dans leur perspective, la considération d'autres droits est superflue voire nuisible. Le droit à la vie, par exemple, est essentiellement celui de ne pas être tué, pas celui de recevoir les ressources nécessaires au bien-être. Face à l'ensemble de ces droits, les anarcho-capitalistes et les libertariens tendent donc à s'opposer à ce qu'ils décrivent volontiers le paternalisme déresponsabilisant des institutions étatiques, lesquelles sont à leurs yeux coercitives et, de toute façon, inefficaces.
La critique de l'État occupe une part bien réelle dans ce courant d'idées. Murray Rothbard écrit par exemple ceci, que ne désavouera pas un libertarien: "Les hommes de l'État se sont notamment arrogés un monopole violent sur les services de la police et de l'armée, sur la loi, sur les décisions des tribunaux, sur la monnaie et le pouvoir de battre monnaie, sur les terrains non-utilisés (le "domaine public") sur les rues et les routes, sur les rivières et les eaux territoriales, et sur les moyens de distribuer le courrier". Et encore: "L'impôt est un vol, purement et simplement, même si ce vol est commis à un niveau colossal, auquel les criminels ordinaires n'oseraient prétendre. C'est la confiscation par la violence de la propriété de leurs sujets par les hommes d'État".
Dans une telle société sans État, des contrats librement conclus entre individus égaux devant la loi et rémunérés selon le marché assureront l'atteinte de l'idéal visé. Les inégalités qui en découlent ne posent guère de problème aux libertariens et ils proposent volontiers que la charité individuelle palliera, si elle le veut bien, à ses plus criants excès. Selon eux, l'égalité est impossible et nous sommes, par définition, tous différents. Les anarchistes en conviennent et applaudissent même à cette diversité, qui fait la richesse de la vie. Mais la défense anarchiste de l'égalité va au-delà de ce truisme: elle est une défense de l'équité, prenant en considération les circonstances dans lesquelles la liberté se vit, faute de quoi celle-ci, comme l'égalité, ne signifie pas grand-chose de substantiel. Refusant de prendre tout cela en compte, les libertariens cautionnent toutes les inégalités, y compris celles qui constituent, installent ou perpétuent les plus criantes injustices. Revenant par ailleurs sur l'idée de "contrats" chère à cette école, Chomsky rappelait que : "L'idée d'un contrat libre entre un potentat et son sujet affamé est une farce sordide, qui vaut peut-être qu'on lui consacre un peu d'attention dans un séminaire qui explorerait les conséquences de ces idées (à mon sens absurdes), mais qui ne mérite rien de plus".
La conception de la liberté que promeut un libertarien est une pièce maîtresse de son argumentaire. Or celle-ci est également on ne peut plus éloignée de positions anarchistes. Cette liberté est la liberté individuelle de n'être pas entravé: c'est la liberté dite négative, conçue d'une manière purement individuelle et garantie par un système de protection que certains veulent privé tandis que d'autres reconnaissent qu'un Etat sera nécessaire à son maintien. Or cette liberté, qui ignore tout des circonstances, est d'une confondante pauvreté. Le salarié contraint de se vendre y est présumé libre. C'est la liberté libre du renard dans le poulailler libre, c'est celle de ces villes grillagées derrière lesquelles se réfugient les plus riches citoyens américains pour échapper au chaos qu'ils ont créé, c'est la liberté qui s'accroît avec l'esclavage d'autrui. On est ici bien loin de Bakounine qui disait: "Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m'entourent, hommes et femmes, sont également libres, de sorte que plus nombreux sont les personnes libres qui m'entourent et plus profonde et plus large est leur liberté, et plus étendue, plus profonde et plus large devient la mienne."


***


Quand on se souvient du refus anarchiste de la conception capitaliste de la propriété, quand on a en tête la multitude d'alternatives à cette conception qu'ils ont cherchés et défendus, on ne peut enfin que convenir que la conception des droits de propriété que la doctrine libertarienne défend est irrecevable pour les anarchistes. Je proposerai la prochaine fois un examen plus exhaustif de cette question, qui semble avoir échappé complètement à M. Masse; mais le fait est que la doctrine anarcho-capitaliste et libertarienne des droits et de la justice est déjà irrecevable pour le sens commun, comme le rappelle Noam Chomsky dans l'exemple suivant. Supposons, dit-il, que par des moyens que cette théorie tient pour légitimes ­ de la chance et des contrats "librement consentis" sous la pression du besoin ­ une personne en vienne à contrôler un élément nécessaire à la vie. Les autres sont contraints soit de se vendre comme esclaves à cette personne, s'il veut bien d'eux, soit de périr. Cette société serait présumée juste!
Notons enfin que les libertariens ont une attitude pour le moins étonnante face à l'État, à cet État qui a joué un rôle crucial dans le développement du capitalisme et dans son expansion. L'État subventionnaire des entreprises à même les fonds publics, l'État garant des droits et privilèges consentis à des tyrannies privées d'une inouïe puissance, tout cela n'amène pas ces supposés ennemis de l'État à en tirer la conséquence que la propriété acquise par ces moyens serait illégitime. Des libertariens ont ainsi récemment, aux État-Unis, pris la défense de Bill Gates dans le procès qui lui a été intenté.

Voilà pour cette entrée en matières. Vous avez lu le texte de M. Masse. Vous savez maintenant d'où il parle et vous pouvez lire des numéros du Québécois Libre pour en savoir plus.

Je vous invite à méditer tout cela. La prochaine fois, je répondrai ici même et en détail au texte de M. Masse. [Deuxième partie]

baillargeon.normand@uqam.ca


© Copyright Éditions de l'Épisode, 2000